mercredi 23 novembre 2016

Icônes. Trésors des réfugiés, Musée d’Histoire de Nantes - Château des ducs de Bretagne, Nantes.

Du 2 juillet au 13 novembre.


L’exposition met à l’honneur les migrants et les réfugiés, sujet sensible d’actualité. Mais il ne s’agit pas des migrations actuelles mais de celles engendrées par le conflit gréco-turc entre 1919 et 1923, qui à la suite du traité de Lausanne en juillet 1923 impose des échanges de populations pour des raisons religieuses.
Ainsi, lorsqu’on arrive dans la cour du château, le visiteur se retrouve face à l’oeuvre de Kalliopi Lemos, Promesses, un ancien bateau de migrants recouvert de Tamata, des offrandes votives faites à la main devant assurer la protection de son auteur et de sa famille. Ce qui nous renvoit aux icônes exposées à l’intérieur qui sont aussi des objets sacrés réalisés à la main et devant assurer protection. La différence est que l’objet emporté pendant le voyage du réfugié sert de lien entre l’ancienne et la nouvelle patrie.
En tant que regardeur, il était très intéressant de voir tous ces objets réalisés à la main qui pourraient être les prémices du Do It Yourself et notamment ayant dû inspiré la culture fanzine. La valeur historique ajoute de l’intérêt à la déambulation dans le musée et amène une réflexion sur un sujet omniprésent dans notre actualité qui semble sans arrêt être mis à distance : les réfugiés. Ici aussi tout est mis à distance et on en reste aux représentations, aux couleurs et aux techniques qui sont loin d’être sans intérêt alors que cela pourrait ouvrir des discussions et des parallèles sur notre actualité.


Benjamin FERNANDEZ.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire