mercredi 9 novembre 2016

Le temple du goût - Romain Leblanc - Ma vie est plus belle que la votre

Le temple du goût
Romain Leblanc
Ma vie est plus belle que la votre



Lors de l'exposition au Temple du goût à l'occasion de la quinzaine photographique, j'ai pu découvrir le travail de Romain Leblanc : « Ma vie est plus belle que la vôtre ».
Ici Romain Leblanc a travaillé sur la photographie amateur et le selfie, et plus particulièrement sur le sujet du narcissisme dans le selfie.
Pour cela Romain Leblanc s'est mis en scène dans une série de publications sur le célèbre réseau social « Facebook ». On le voit par exemple avec une liasse de billets, dans un bain moussant, nu dans sa salle de bain, ayant fait un gâteau,...
Lui bien sûr, caricature ses selfies, ne travaillant pas ses poses, ne les embellissant pas avec des filtres et se moquant bien de son apparence, contrairement à un selfie normal.
Dans ces mises en scène il a voulu critiquer le fait que notre bien-être soit devenu dépendant du désir de plaire, de séduire, d'être aimé et de convenir aux autres.
Il critique le fait que dans la culture actuelle ce soit un passage obligé, pour crier à tout le monde :
« Je suis normal, j'ai des amis, je fais des voyages et ma vie sexuelle existe ».
Il dénonce que le seul moyen de se représenter actuellement soit de montrer à tout le monde qu'on convient à la société, ou pire encore, que l'on est au-dessus des autres : qu'on sort plus, qu'on a des jambes plus fines, qu'on va plus au restaurant, qu'on voyage plus, qu'on bronze plus, qu'on a des dents plus blanches...
Il dénonce le selfie comme ce qu'il est : un stigmate du narcissisme contemporain et toute cette machine, comme un abandon du contact humain, pour un rapport virtuel, irréel et un individualisme grandissant, à vouloir montrer que l'on est mieux.
Mais il critique aussi cette utilisation du selfie, presque obligatoire, comme un enfermement dans la société.


Il est parfois difficile de dénoncer ce dont nous faisons aussi partie, mais la leçon de Romain Leblanc est intéressante.
Et je trouve ce travail d'autant plus pertinent qu'il rentre dans le cadre du sujet « Heureux qui... », est-ce vraiment ici un idéal du bonheur pour les nouvelles générations qui tendent de plus en plus à s'illustrer comme cela ?


Line Bourdoiseau

Aucun commentaire:

Publier un commentaire