mardi 27 novembre 2018

Raphaël Dallaporta, Chauvet-Pont d’Arc : l’Inappropriable


Du 13.10.2018 au 06.01.2019, au CENTQUATRE-PARIS 19ème


Raphaël Dallaporta est un photographe français né en 1980, en tant que lauréat dun concours il a pu pénétrer dans la grotte de Chauvet, site classé patrimoine de lUnesco, où ont été découverts les premiers dessins connus de lHumanité et dont laccès est habituellement réservé à quelques scientifiques. Il y a réalisé des prises de vue automatisées en panorama polyédriques (planisphère simplifié en forme géométrique dont les faces sont déployées) reconstituant les volumes de la grotte. Le résultat est présenté dans une pièce sombre carrée avec une installation vidéo immersive sur grand écran, et une composition musicale de Marihiko Hara. Des séquences de mouvements très lents dans les panoramiques en noir et blanc senchaînent dans lordre de cheminement, sur fond de sons spatiaux et de nappes harmoniques.

« Une grotte nécessite d’être traitée avec une infinie retenue: comme un paysage, un espace naturel qui anime un sentiment profond de limmémorial en nous » a dit le photographe, et lon ressent en effet le mystère dun tel lieu, sa puissance évocatrice et la compression du temps quil opère lorsque lon observe les parois, les fresques, les formations minérales mais aussi les passerelles en métal installées par les scientifiques. Les dessins ne sont pas omniprésents dans les plans mais leur apparition fait ressurgir des questionnements profonds sur la raison même de leur existence et sur lessence de lHomme.
Jean-Jacques Delannoy écrit: « La lecture des paysages de la grotte offerte par les photographies de Raphaël Dallaporta permet deffleurer ses différentes temporalités, depuis sa genèse jusquaux cristaux de calcite déposés à linstant par une goutte deau, en passant par les traces et les oeuvres des Hommes de la préhistoire. Une des forces quon ressent en parcourant la grotte tient à la puissance visuelle de ses différentes histoires, si distendues dans le temps et si intimement liées dans ses paysages ».
Dallaporta nous donne à voir ce lieu sacré avec un regard presque scientifique, mais inclusif et lon
peut prendre le temps.

E.C.
                        CACTUS_OURS-35 © Raphaël Dallaporta, Éditions Xavier Barral, 2016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire