jeudi 13 janvier 2011

La route de la soie, Le tri postal, Lille

De retour dans ma ville natale ce weekend de décembre, comment ne pas me sentir inexorablement poussée par son dynamisme culturel? Me frayant un chemin à travers la neige, je décidais de faire un tour dans ma galerie d'art contemporain favorite : le Tri Postal. Depuis le 20 octobre et jusqu'au 16 janvier s'y tient une exposition... exceptionnelle : «La route de la soie» dans le cadre de la manifestation culturelle Lille 3000. Celle-ci accueille une trentaine d'artistes venus des pays composant cette route : Inde, Iran, Pakistan, Chine... Les œuvres (soixante en tout) sont issues de la célèbre collection de la Saatchi Gallery, une des plus grandes collections d'art contemporain d'Europe située à Londres.

En entrant, une première impression, celle de voir se dessiner sous mes yeux une nouvelle route de la soie, celle d'aujourd'hui, une route du commerce international, de ses grands nœuds et de ses conséquences. Ici, une vache, animal sacré en Inde, se retrouve coincée dans un tuyau de canalisation (sculpture de Huma Mulji intitulée her Suburban Dream). Elle nous emmène dans son pays, on y voit la métaphore de tous ces paysans indiens qui eux aussi à leur arrivée dans les grandes villes mondiales naissantes de l'Inde se sont retrouvés coincés dans des bidonvilles sans issue et qui s’étendent à l'infini, démunis et sans emplois.
Là, des corps d'ouvriers chinois suspendus au plafond, progéniture littéralement «moulée» du gouvernement chinois (installation du chinois Zhang Dali, Chinese offspring).





Ces œuvres nous touchent parce qu'elles nous parlent, parce qu'elles dénoncent, et toute l'exposition est une invitation à la découverte de chacun de ces pays moteurs du monde et de leurs problématiques et injustices. Bref, un regard passionné et passionnant d'artistes sur leurs pays, étapes légendaires d'une route commerciale qui décidément n'a pas finit de faire parler d'elle.

Elise Wiart.
Audencia L1

Aucun commentaire:

Publier un commentaire