jeudi 13 janvier 2011

Yong-Man Kwon

Yong-Man Kwon,
Galerie des Glaces,
8 Quai Versailles - Nantes

Né en 1972, le coréen Yong-Man Kwon a un passé bien intéressant. Après avoir obtenu son diplôme d’enseignement artistique, il enseigna le dessin. Il quitta la Corée du Sud en 1996 pour faire carrière à New-York, mais ce fut vain. Il dut quitter les Etats-Unis, car il n’avait pas de papiers. Il s’engage donc dans la Légion étrangère, sous l’aile du général Faucheski. Plus qu’un militaire, Young-Man est un véritable artiste. C’est après avoir remporté un concours de peinture organisé par l’armée, que le légionnaire décide de s’installer à Paris. Il a été nommé peintre officiel de l’Armée en 2003, et peintre officiel de l’armée de l’Air en 2005. Depuis, il a acquis une véritable renommée, et organise de nombreuses expositions.

Travaillant à la fois aussi bien en atelier qu’en extérieur, le peintre s’adonne à représenter des paysages (New-York, par exemple) mais comme vous pouvez aussi le deviner, bon nombre de ses toiles ont pour thème l’Armée où la navigation. Ses travaux, Yong-Man les enchâsse lui-même, et l’une de ses teintes fétiches est le brun. Mais la caractéristique majeure du peintre est tout autre, c’est sa rapidité et sa spontanéité. Il applique la peinture sur sa toile directement, sans esquisse ni repères. Tout est dans l’exécution, dans l’instinct. C’est ce qui lui permet de produire énormément, et donc de vendre beaucoup de toiles.

A seulement 38 ans, son style est simple, mais efficace : des couleurs vives, des coulures et des taches de peintures de différentes couleurs permettent à ses toiles de briller parmi d’autres. Sa maîtrise de la peinture est remarquable: ses coulures sont très propres et se noient dans le décor, les taches sont à la fois discrètes et clinquantes, en plus d’ajouter une luminosité particulière à la peinture. Ses toiles ne laissent aucun doute : on peut remarquer qu’il a énormément travaillé l’aquarelle. Parfois attaché aux détails, parfois ne dessinant même pas les traits du visage, Y-M Kwon aime peindre la ville en mouvement : le résultat est magnifique. Ce qui est d’autre part intéressant, c’est son coup de pinceau : à la fois sec et rapide, ses traits sont d’une netteté déconcertante.

J’aimerais vous parler d’un tableau en particulier : « Visite Versailles ».
Contrairement à d’autres peintres, l’artiste ajoute le blanc après, et ne laisse pas d’espaces vides en amont. C’est ce que l’on peut remarquer sur celui-ci.
Le tableau représente bien entendu, un plan de la Grande galerie. Ce qui a attiré d’abord mon œil, ce sont ces lustres à la couleur lilas… J’ai trouvé qu’il leur manquait quelque chose... Mais c’est surtout cette fameuse lumière blanche qui m’a intrigué. On peut voir, au premier plan, une fille habillée d’une robe blanche. Sa posture nous laisse penser qu’elle se dirige vers la sortie… ou vers la tache blanche. Chacun peut laisser libre cours à son imagination, mais que pourrait bien représenter cette fameuse lumière blanche, si ce n’est…la sortie ?

Julien Muchembled
L1 Audencia


Aucun commentaire:

Publier un commentaire